Renaturation

La société future devra réduire la domination absolue de l’économie et de la technologie, qui menace de ravaler l’homme au rang d’un producteur-consommateur passif, au profit de l’écologie, de l’éthique, du monde de la culture et de l’esprit, conditions indispensables à l’épanouissement d’une vraie qualité de la vie. Il conviendra donc de faire lentement « dériver » les processus économiques vers ces finalités nouvelles par une série de micro-choix ponctuels, tous orientés dans ce sens, en évitant de provoquer de trop graves perturbations sociales.

Jean-Marie PELT, « L’homme re-naturé »